S'il te plait, raconte-moi l'AMAP!

Publié le par Gérard

    Dans les années soixante, au Japon, des mères de familles s'inquiétent des conséquences de l'intensification de l'agriculture et du recours massif aux pesticides.  En 1957, les premières victimes de Minamata, empoisonnées au mercure, sont déclarées.

 

 

minamata-1.jpg

 

[Cette terrible histoire a  débuté en 1932, à Minamata au Japon.  Une compagnie utilisant du mercure, Chisso, déverse illégalement des produits chimiques dans la baie de Minamata, ce qui va créer ultérieurement une intoxication des eaux de celle-ci. Les premiers signes  de l'intoxication apparaissent 22 ans plus tard, dans un petit village de pêcheurs, où la population se nourrissait principalement de poissons. Les enfants sont contaminés par l'allaitement maternelminata3.jpg, les adultes le sont par la consommation du poisson. Un problème social d'une importance capitale fait son apparition : La population de Minamata devient graduellement atteinte du syndrome de la "maladie de Minamata", qui est en fait une intoxication par les eaux contaminées de mercure. La population souffrira horriblement pendant plus de 20 ans.]












  

 

     Cette cause célèbre ouvre la voie à la conscience environnementale. Les mères japonnaises ont le sentiment d'empoisonner leurs enfants en les nourrissant. et tout particulièrement en les allaitant.  Elles décident alors de se regrouper et de passer un contrat avec un agriculteur : en échange de la garantie d'achat de toute sa production à l'avance, l'agriculteur s'engage à cultiver sans produits chimiques. Ainsi naissent les premiers "Teikei", que l'on peut traduire par "mettre le visage du paysan sur les aliments".

 

teikei2.jpgteikei1.jpg

 

 

    A la même époque en Europe (Allemagne, Autriche, et Suisse), des expériences communautaires se basant sur le même principe se développent.

En 1985, le concept est importé depuis l'Europe vers les Etats-Unis et prend le nom de CSA "Community Supported Agriculture". Ces projets apparaissent  dans la région de New York comme un moyen de répondre à la diminution importante du nombre d'agriculteurs et à une difficulté d'accès des populations à bas revenu à une alimentation de qualité.

 

     Les CSA se développent ainsi et se répandent jusqu'au Canada, avant de traverser de nouveau l'Atlantique pour s'implanter en Grande-Bretagne.

 

csa2-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 


olivades.jpg

     


       En 2001, suite à un voyage aux Etats-Unis durant lequel ils découvrent les CSA, les Vuillon, agriculteurs à Ollioulles décident de lancer la première AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) en France. Cette expérience leur permet depuis de maintenir leur activité dans une région qui a perdu en 5 ans 15 000 exploitations agricoles, surtout parmi celles de petites tailles, soit un tiers de ses effectifs.

 


     Aujourd'hui, le phénomène continue de se propager et dans ce mouvement, notre Amap des Maures est créée en 2003. Aujourd'hui notre association compte une soixantaine d'adhérents en partenariat avec douze  producteurs soucieux de l'environnement et établis en proximité.



affiche_pesticides_feuille_blanche_HD.JPG



Publié dans amap

Commenter cet article