Les yaourts d'Adrien

Publié le par Audrey

Adrien est installé depuis le printemps 2019, il est actuellement en conversion bio : 2 ans sont nécessaires, ce qui correspond à la durée de conversion pour les terres (contre 6 mois pour les bêtes). Il reste en synergie avec l'élevage de ses parents, Didier et Véronique qui élève des animaux pour la viande.

 

2 bâtiments au Vallat Sableux :

1 bâtiment sert au stockage du fourrage (foin fait sur ses terres, distribué en complément du broutage) et du matériel agricole.

L'autre bâtiment comporte un parc avec des boxes multiples, dont un box réservé aux veaux les plus jeunes, et des logettes pour les vaches laitières utilisé la nuit et les jours de pluie ; une autre partie est consacrée à la traite des vaches, au laboratoire de transformation et au logement d'Adrien.

 

La traite a lieu deux fois par jour, à 6h30 et 18h30, c'est une traite mécanisée. Les vaches s'y présentent d'elles-mêmes et n'y passent que deux minutes environ, pour une moyenne de 18 litres de lait donnés par jour pour chacune (ce qui est un rendement assez faible comparativement aux autres élevages bio, où la moyenne va de 20 à 25 litres quotidiens par vache ; il y a donc espoir d'augmentation de production).

 

L'élevage compte actuellement 9 vaches en production laitière ; 2 arrivées sont prévues pour la fin d'année 2019 ou le début 2020. L'objectif final est de 18 vaches laitières au total d'après le plan de financement.

Les vaches sont de race Montbéliarde uniquement. Adrien insémine lui-même, pour augmenter le cheptel et re-stimuler la production de lait. 2 mois de repos avant le vêlage pour la vache, puis production optimale pendant environ 10 mois avant la baisse de rendement.

Si l'insémination ne fonctionne pas, 1 taureau est sur l'exploitation. Mais le veau étant alors de races croisées, il sera destiné à fournir de la viande.

 

Si le temps s'y prête, les vaches passent la journée dans les champs à brouter l'herbe fraîche, sinon elles restent dans le bâtiment et se nourrissent du foin distribué. De plus, elles ont une ration alimentaire complémentaire bio, ration qui varie d'une vache à l'autre selon ses besoins.

 

La production à ce jour se partage entre lait pasteurisé et yaourts (nature, fraise, vanille, citron, pêche et abricot). Sont à venir du beurre et de la crème fraîche dans quelques semaines. Un projet envisage de fabriquer de la crème dessert vanille et chocolat. Si l'agrément arrive, du lait cru sera également à la vente. Enfin, le lait d'Adrien sera vendu à une fromagerie sur Marseille, Adrien n'ayant pas le laboratoire homologué pour l'affinage.

 

Les produits sont distribués à l'AMAP des Maures et celle de Vidauban, en vente directe à la coopérative du Luc (2 fois / semaine) et dans 2 points de ventes de producteurs sur Hyères et Sainte Maxime. Adrien est content du démarrage ! Il reste rarement des invendus.

Pour se développer, il est en attente de l'agrément européen pour fournir des cantines scolaires (test en cours ok sur celle du Cannet) via Agribiovar ; ces contrats avec gros volumes permettraient d'acheter plus rapidement de nouvelles vaches.

Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien
Les yaourts d'Adrien

Liens : Line et Audrey

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article