05/05/09 Barjac Plus de bio pour nos enfants.

Publié le par Gérard

  Après le succés du film, des lignes ont bougé.



13h30   Accueil des participants.

 

 Nous y étions: Alain Meunier,  Bernard Chalumeau et Alain Belloi pour la municipalité du Luc, Odile Gailhard et Claude Grosso pour le Cannet des Maures, Geneviève Pessel, Isabelle Grosso, Martine Lallée,  Christiane et Gérard Turin pur l'Amap des Maures.





Un pique-nique tiré du (gros) sac.

14h30
  Ouverture de la rencontre par Edouard Chaulet, maire de Barjac.[La salle est comble.]



   M. "Barjac" retrace l'expérience de cantine "bio" dans sa commune en insistant sur le fait qu'en aucun cas Barjac ne peut être un exemple.Située aux confins du Gard et de l'Ardèche c'est une petite commune aux finances conséquentes. Cependant, avec une volonté politique marquée, tout est possible. Il s'agit tout simplement de rendre tout son sens au repas pris en commun, moment de partage, détente, plaisir;.
  Manger autrement, c'est aussi produire autrement. Il s'agit de privilégier les approvisionnements de proximité, respectueux de  l'environnement.  Plus de résidus de pesticides  dans les assiettes mais aussi solidarité avec les pays qui souffrent de malnutrition tout en alimentant nos filières "bio".
  On ne pourra changer le monde sans changer le contenu de nos assiettes.


  Quelques extraits:

   A propos de la restauration rapide: " Plus de néfaste food."

   En évoquant son ami, curé de Barjac, retiré à Vauvert il  regrette que " le dernier exorciste cévennol soit parti au diable vauvert."

   Parlant des décideurs politiques, il remarque que " la politique, c'est l'art des choix."

   Il se qualifie de "ruraleur" et regrette l'exode rural  qui  amène les ruraux à perdre leurs valeurs. " Les hommes, c'est comme les pommes. Quand on les entasse,  la pourriture apparait."

15h  

 Ensuite, toute une série de témoignages montreront que Barjac n'est pas un cas isolé. Un peu partout, élus et associations se préoccupent du contenu de l'assiette proposée à nos enfants.  Des responsables de Vauvert et Salon apportent des précisions intéressantes. Les approvisionnements  restent le gros problème même si la situation s'améliore d'année en année. Les coûts sont maîtrisés notamment par la mise en place de menus alternatifs. 


 


 Les échanges se prolongent  en petits groupes sur la terrasse du château  mairie. Ici M. Chaulet  avec nos amapiennes et Alain Meunier; premier adjoint  chargé du développement durable au Luc. 
   Des idées avancent, des projets prennet corps.











Fin d'après-midi: apéritif dînatoire dans la cour de l'école municipale.

Publié dans RDV

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article