24/04/09 AG Abattoir de Digne

Publié le par Gérard

L'AG s'est tenue dans les locaux de la chambre d'industrie et de commerce de Digne. Depuis la reprise de l'activité, janvier 2009, par la nouvelle société d'exploitation, le bilan comptable est encourageant. Malgré les investissements indispensables à la reprise, l'embauche d'un nouveau salarié a été réalisée.

 


Mme la Directrice des services sanitaires explique que l'abattoir devra être mis aux normes et recevoir un agrément Cat 2 fin 2009. M. le Maire de Digne explique alors que l'opération sera financée pour 35 à 40 % par l'état, 35 % par la région et 10% par le département. Ces investissements permettront la mise aux normes de la chaine du froid en particulier mais aussi la réalisation d'une chaine de découpe pour ovins avec carcasses suspendues, ce qui entrainera une pénibilité moindre pour les travailleurs. M.le Maire insiste alors sur le caractère de service public de l'abattoir, dernière activité industrielle en pays dignois et souligne le fait que cette démarche entre dans le cadre de la politique des circuits courts prônée par le gouvernement. Il réitère son soutien à la nouvelle société en lui demandant de parvenir à l'équilibre financier. L'assemblée procède alors aux différents votes habituels parmi lesquels celui acceptant l'entrée de huit nouveaux partenaires dont notre amap pour une part de 1000 euros. M.,................. , gérant, souligne le rôle des Amap et tout particulièrement celui de Michel Berthelot, coordinateur de l'opération.


M. expose ensuite deux projets visant à valoriser les produits issus de l'abattoir. La mise en place d'un atelier de viande hachée, saucisses, et l'installation dans des locaux attenants d'une entreprise de Mazamet, spécialisée dans le traitement des peaux. Mme la Directrice des services sanitaires explique qu'elle suivra attentivement le premier projet car l'activité est « délicate ». La séance est levée.


 


Discussion après l'AG, avec nos producteurs: Francis et Mathieu. Beaucoup d'optimisme; l'outil est indispensable à la mise en place de circuits courts dans la commercialisation  de leurs produits.

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 


Aujourd'hui, une peau est payée 5 euros à l'éleveur pour être revendue 35 au tanneur. L'installation d'un outil de transformation à Digne outre la création de deux emplois, permettrait une plus juste rémunération à l'éleveur.


 

 

 

Publié dans amap

Commenter cet article